Archives pour la catégorie Politique

regroupe les articles « politiques » mes engagements, mon parcours avec le PG, les raisons de mon départ, et mes propositions pour l’assemblée constituante.

Lettre ouverte à « l’émission politique ».

Février 2017

Madame Léa Salamé,

Messieurs David Pujadas, François Lenglet, Karim Rissouli

à propos de votre « émission politique » du 23 février dernier.

Ma lettre : https://www.youtube.com/watch?v=qrCd55miHxg

J’avais très mal vécu l’émission où vous receviez Monsieur Mélenchon, je me suis même joint, dans un premier temps, au concert d’aboiements fustigeant vos propos, votre attitude, je vous avait même trouvés abjects, en particulier au sujet des Droits de l’Homme. J’avais aussi, je l’avoue, cherché à faire l’intéressant en ironisant sur la prestation et les chaussures de sport de Monsieur Lenglet, etc …

Et puis quelques jours ont passé, me permettant de prendre du recul, d’examiner plus objectivement les choses, de faire le lien avec d’autres événements, d’autres personnages, d’autres prises de position, et justement, c’est à cela que je voulais en venir.

Votre, (le mot qui me vient naturellement est « camarade » mais je ne sais pas si c’est dans vos usages ni si vous l’êtes réellement, je dirais donc « Votre collègue »), collègue, Christophe Barbier, avait tenté d’attirer notre attention à propos du double meeting, vous savez, celui avec l’hologramme, « trop intellectuel » avait-il décrété. Et moi, j’avais voulu faire le malin en lui répondant sur tweeter « parce que nous sommes trop cons pour comprendre ? ». 

C’est en constatant l’effet produit par votre émission que j’ai compris que Monsieur Barbier avait raison, j’étais trop con ! Je n’avais rien compris ! Il a toute ma gratitude.

Je vous présente toutes mes excuses et mon admiration. Cela faisait des mois et des mois que nous, les insoumis, avec Jean-Luc Mélenchon et son équipe, bâtissions le programme, cherchant des solutions, avec les associations qui œuvrent au jour le jour, que les intellectuels membres du mouvement, si, si, il y en a, beaucoup même ! Certains, comme disait Coluche, ils écrivent des bouquins que nous, les engourdis des neurones, nous ne comprenons même pas le titre ! Et vous savez quoi ? Ils ne nous snobent même pas, ils ne veulent même pas être plus égaux que nous ! Bon excusez-moi, je m’égare. Donc on avait construit le programme, essayé qu’il soit cohérent et compréhensible, Monsieur Mélenchon essayait de faire passer les messages.

Il a beau faire des super meeting, avec de la force, de la conviction, de l’humour, de la réflexion, de la pédagogie, de la culture, et même de la poésie à la fin. Ce n’est pas rien quand même, il se donne du mal. Nous progressions, mais il est vrai que les histoires autour de la primaire du PS ne nous facilitaient pas la tâche. Nous étions coincés, entre Macron d’un coté, Hamon de l’autre,  et puis ceux mis sur la sellette. La moitié des gens qui n’ont pas encore choisi, et bien sûr, la victoire de qui vous savez, annoncée comme inéluctable; et les chiffres des soit-disant sondages, en infraction avec la loi mais publiés quand même. Moi j’étais à deux doigts de me décourager !

  Et puis votre émission qui bouscule tout ! Quelle efficacité ! Le paysage de la Présidentielle, qui s’éclaircit tout à coup, comme quand le brouillard se lève. Je suis impressionné, chapeau !

     Le point point FR, non, pas le poin-poin, c’est pas le canard enchaîné, Le Point.fr, le journal « Le point » version internet, pas Fakir, pas l’Humanité, pas un de nos journaux ! Le journal « Le Point » qui fait un sondage « Pour qui allez-vous voter ? » pas tout à fait un sondage, disons une enquête, une question, sur internet, posée à qui veut répondre. Mais en quelque jours … Waaouuuu ! ! ! comme disent les jeunes ! La première fois, je suis arrivé sur le sondage en suivant un lien, j’ai bien sûr dis que je voterai pour Jean-Luc, et ensuite, on peut voir les résultats. Je ne sais pas quand l’enquête a été lancée :

  • après que 45 600 personnes aient indiqué leur choix : Le Pen 11,8%, Fillon 23%, Macron 15,5%, Hamon 5%, Dupont-Aignan 2,5%, Jean-Luc Mélenchon 27,7%, aucun de ces candidats 14,5%

Déjà, à ce stade, c’était énorme ! Et puis quelques dizaines d’heures plus tard, :

  • après que 77 362 personnes ont indiqué leur choix : Le Pen 10,9%, Fillon 18,2%, Macron 12,9%, Hamon 5,6%, Dupont-Aignan 2,2%, Jean-Luc Mélenchon 35,5%, aucun de ces candidats 14,8%

Ce n’est pas un sondage, l’échantillon n’est pas représentatif, mais 77 362 personnes, ce n’est pas rien, quand même !

C’est là que j’ai compris, enfin, cela m’a fait réfléchir. Je me suis demandé d’où ça pouvait venir, bien sûr, on progressait, on était très content, mais il restait quand même un sacré bout de chemin à faire, et pas moyen d’accélérer, et puis tout à coup, voilà que ça a l’air de s’emballer ? Et en même temps, je repensais votre ‘émission, à Vous, Madame Salamé, avec vos rengaines obsessionnelles, vous changez d’obsession selon les circonstances, mais le procédé reste le même. Un procédé que j’ai déjà rencontré, j’en suis certain, et en plus ça me réconforte, oui c’est encore flou, mais ça remonte du fond de ma mémoire, et c’est agréable, je ne sais pas encore ce que c’est, mais je suis sûr que ça va me faire plaisir!

Et ça y est ! Du bonheur ! Oui, du bonheur ! « Que diable allait-il faire dans cette galère ! »

Je ne parle pas de Jean-Luc Mélenchon, « Que diable allait-il faire dans cette galère ! », je parle de vous, Madame Salamé ! Vous êtes en train de nous jouer les fourberies de Scapin. Votre rengaine : « Mais la Russie ? Monsieur Mélenchon », c’est le « Que diable allait-il faire dans cette galère ! » de Molière !

Bon sang, mais c’est bien sûr ! C’était du théâtre, c’était voulu, c’est du second degré ! Et c’est génial ! Cette idée de traiter par la caricature toutes ces questions imbéciles dont on nous le harcèle habituellement, c’est très fort, c’est de vous ? Chacun écrit son texte ? C’est M’sieur Pujadas ? ou bien il y a un auteur professionnel ? Laurent Baffie, peut-être ? Ou alors toute une équipe, comment on dit maintenant, du scories-telling, c’est ça ? En tous cas, chapeau, vous les avez habillés pour l’hiver, les roquets des médias !

Et puis, sur le plan théâtral, c’est exceptionnel, je me demande même si ce n’est pas cela qui aurait troublé Monsieur Torreton, parce qu’en réalité, vous nous avez joué deux scènes de la même pièce, en même temps ! Et dans une économie de moyen ! Pas de décor, pas d’accessoire, donc, pas de basse-cour effarouchée pour caqueter « Combien ça coute? » ! Et pourtant tout est là ! « Que diable allait-il faire dans cette galère » et la scène du sac et des coups de bâton, et pas du lourdingue, hein, du dépouillé, de l’essentiel, de la quintessence, du théâtre minimaliste, les coups de bâton, sans le bâton ! Sublime !

D’ailleurs, Jean-Luc Mélenchon, dans sa revue de la semaine frôle la vérité, mais ne la perçoit pas totalement, il faut dire qu’il a tout pris au premier degré, et ça lui a fait très mal, on peut comprendre. Pourtant il passe tout près de la vérité quand il dit « ils ont monté une émission anxiogène … », et bien oui, c’est « monté », c’est un spectacle, un peu plus loin, il dit « à la limite, ils m’ont rendu service, c’est tellement grossier, tellement vulgaire, ils se sont tellement pris les pieds dans le tapis … » Oui, mais il ne fallait pas le dire, c’est fait exprès, tous les clowns savent faire semblant de se prendre les pieds dans le tapis, Ils font semblant, c’est un rôle, c’est une pièce qu’ils nous jouent ! Et c’est très fort, en fait ils nous soutiennent mais ils font semblant d’être contre pour mieux faire passer notre message. Et en plus, ils sont drôlement courageux, ils sont près a se faire traiter de tous les noms et à se faire traîner dans la boue par ceux qu’ils soutiennent par en dessous, si c’est pas du dévouement et de l’abnégation, hein ?

Par exemple, Monsieur Lenglet, il a des airs de Mr Loyal, c’est normal, c’est du cirque, dans la pure tradition du cirque familial où chacun avait plusieurs rôles, et lui, il sait tout faire, jongler avec les chiffres, faire disparaître des idées reçues quand il fait apparaître des objets insolites, sortis on ne sait d’où, la paire de pompe, par exemple. Vous avez vu ça ! Il les fait apparaître sur la table, il prononce la formule magique « OnnefabrikplusrienenFrance » suivi de l’autre formule tout aussi magique « vomieukilsrestentpauvsansçailsachètentnimportekoitellementkysontkon», et hop c’est le déclinisme qui passe à la trappe : ah oui, on ne seraient plus capable de faire des godasses en France ! Et avec le déclinisme, passe aussi à la trappe le mépris des pauvres et des petites gens, comme ça, sans l’air d’y toucher, en exagérant juste ce qu’il faut. C’est très fort, en plus le choix de la marque, des « nique », le message est clair, tout le monde comprends assez d’argot pour saisir l’allusion du premier degré, mais il y a encore plus fort, au deuxième degré, il nous dit « le personnage de gros con que je joue devant vous ce soir, il a compris que vous allez gagner, et qu’il va devoir se sauver en courant », en fait il nous encourage. Et en plus, troisième degré, c’est que ces pompes, ils les a pas choisies au hasard, il les a choisies pour offrir à Jean-Luc Mélenchon l’occasion de rappeler que ces marques, ici elles coûtent la peau des fesses à ceux qui les achètent, et là-bas, elles coûtent la peau du dos à ceux qui les fabriquent à coup de trique. Ah, c’est drôlement fort, non ?

Mais pour moi, la palme, c’est quand même m’sieur Pujadas. D’abord, si c’est lui qu’a eut l’idée, chapeau ! Et si en plus, c’est lui qui a écrit tous les textes … Vous croyez pas ?

Mais même sans ça, quand j’ai compris que c’était une mise en scène, j’ai regardé l’émission en replay, en entier, pour être sûr de ne rien rater. Et bien, oui, je dis, le plus fort, c’est m’sieur Pujadas ! Comment il l’a jouée, la scène avec Monsieur Torreton, trop bon ! Monsieur Torreton aussi, il a été bien, mais lui, c’est plus facile, il joue un gentil, et dans la vraie vie, c’en est un, gentil, charmant, cultivé, intelligent, c’est quand même plus facile que le rôle de M’sieur Pujadas, qui lui doit jouer un type abject, méchant, vicieux, c’est pas facile d’être comme ça à contre-nature, mais il a été magistral ! Le moment où il fait semblant de détester Monsieur Torreton parce qu’il ne dirait pas ce qu’il aurait du dire, je me suis laissé prendre ! le regard de haine qu’il lui lance, trop fort ! j’aurais juré qu’il le détestait vraiment !

Ah moi je dis : ça mérite un Molière ! Et en plus, il sait prendre des risque, m’sieur Pujadas, hein ? Il n’a peur de rien ! Parce que, aller chercher un acteur comme Monsieur Torreton sur son propre terrain ! Pour lui donner carrément une leçon de théâtre ! C’est pas donné à tout le monde ! Faut oser !

Et puis quelle efficacité ! Vous avez vu l’enquête du Point, comment Jean-Luc Mélenchon se retrouve seul en tête, oui, je sais c’est pas un sondage, mais rappelez-vous, en 2005 tous les sondages disaient « A part quelques énergumènes, les Français vont dire OUI à une très large majorité ». Ah M’sieur Pujadas, vous l’avez sacrément nettoyé, le paysage politique ! Bon, tout ce que je dis là, en dévoilant votre stratégie, j’espère que ça va pas nuire à votre carrière. Remarquez, je pense que cela vous importe peu, puisque vous croyez à la victoire de M’sieur Mélenchon.

Publicités

Vous avez voté pour Benoît Hamon

Lors de l’élection présidentielle, vous avez Benoît Hamon, vous avez donc voté pour :

Le revenu universel : Améliorer la vie des plus pauvres et des plus fragiles avec une revalorisation du RSA, un revenu d’existence pour les plus pauvres, une conférence citoyenne pour fixer le périmètre du revenu universel, etc …

Réviser la constitution : par une « conférence constituante », instaurer le 49-3 citoyen, prendee en compte le vote blanc, interdire l’embauche d’un proche comme attaché parlementaire, etc …

Faire la transition écologique : Sortir progressivement et intégralement  du nucléaire d’ici 25 ans, produire 50 % de l’énergies en énergie renouvelables d’ici à 2025, sortir du diesel à l’horizon 2025, Interdire les perturbateurs dreendocriniens et les pesticides soupçonnés dangereux, suspendre les travaux de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et du projet d’enfouissement de déchets radioactifs à Bure, etc …

à propos de l’Europe : suspendre immédiate l’application du CETA,  réviser la directive sur les travailleurs détachés, l’instaurer un salaire minimum européen, instaurer le budget de l’assemblée et la taxe sur les transactions financières, la mutualisation des dettes européennes, etc …

Le social : l’abrogation de la loi travail, l’égalité de salaire homme-femme, revalorisation du smic et du point d’indice de la fonction publique, réduction du temps de travail, statut unique de l’actif, droit à la déconnexion, encadrement des rémunérations des dirigeants, la moitié des sièges des conseils d’administration aux représentants des salariés, etc …

Budget et fiscalité : Réforme de l’impôt sur le patrimoine pour prendre en compte les dettes, taxe sur la richesse crée par les robots, conditionner le CICE à la création de poste, à la réduction du temps de travail ou aux progrès écologiques, taxe sur les bénéfices détournés par les multinationales, taxe sur les super-profits des banques, TVA réduite pour les produits à faible empreinte carbone, etc …

Cambadélis a annoncé que ce ne serait pas le programme des candidats du P.S. !

Macron ne fera rien de tout cela

Voter P.S.

c’est jouer Macron à pile ou face !

Pour faire avancer vos idées :

Votez FRANCE INSOUMISE

Et bien Marine, on a craqué ?

J’avoue que je m’interrogeais sur la meilleur façon de sortir du piège « Le Pen au 2ème tour » qui allait encore une fois fonctionner, au passage, si les voix, … Mais Jean-Luc à raison, ne nous en prenons qu’à nous même, ne rejetons pas la faute sur d’autres.

Et puis, voilà-t-y pas que c’est Marine elle-même qui se tire une balle dans le pied ! Que dis-je une balle, une rafale ! D’après de nombreux commentateurs, elle se serait-elle même sabordée., mais ils pensent généralement que c’est une erreur, une bévue, un accident, la « peur de gagner » que les sportifs doivent être capables de surmonter pour accéder à la victoire, enfin, que ce n’est pas de sa faute, elle a craqué, et … Et si c’était une toute autre raison ? Si Marine s’était volontairement sabordée ?

Quel est le but réel de Marine Le Pen ? Marine Le Pen, quand elle a pris la succession « politique » de son père a en même temps pris les rennes de l’entreprise familiale, qu’elle a d’ailleurs semble-t-il fait remarquablement prospérer, une petite exploitation aurifère, un bizzness qui exploite une mine d’or : le financement de la vie politique. Le système est extrêmement efficace, et le rendement financier est excellent. Ça fonctionne un peu comme une franchise. La maison mère, « le franchiseur » fournit tous le matériel nécessaire : les tracts, les affiches, la communication, les clips vidéos, le mode d’emploi, ce qu’il faut dire, ne pas dire, etc, etc … tout ceci pour un prix sur-évalué, à la frontière de l’indécence. Chaque acquéreur, chaque client, je veux dire chaque candidat qui veut porter les couleurs du FN doit faire l’acquisition du « kit de campagne » proposé par Marine, au pris et conditions fixés par Marine.

Soit le candidat obtient assez de voix pour que ses dépenses de campagne soit remboursées par l’état, l’achat du « kit » est donc compris dans les dépenses remboursées et ce sont finalement les contribuables qui offrent au candidat ce kit très cher contenant l’ensemble de son matériel de campagne. Bien sûr, le candidat malheureux n’atteignant pas le nombre de voix lui ouvrant le remboursement de l’état verra sa dette auprès de la PME de Marine annulée par la générosité de cette dernière, il ne sera pas tenus de rembourser le prêt ayant financé l’acquisition de son merveilleux kit de campagne.

Il va de soi que l’exploitation de ce filon aurifère est bien moins risqué et probablement plus profitable que l’accès au pouvoir lui-même, situation qui entraînerait immanquablement une levée de boucliers, une mobilisation générale, ferait éclater au grand jour l’incapacité du FN à gérer gouverner ou même à simplement gérer, comme cela s’est produit à chaque fois qu’une liste FN a gagné une municipalité.

Je pense que le risque d’arrivée au pouvoir du FN est moins grand que nous ne le pensons généralement. Tout d’abord, l’utilisation du FN comme repoussoir mobilisateur, et cela fait très longtemps puisque cela date de Jean-Marie Le Pen, lequel voulait peut-être plus arriver au pouvoir que sa fille; mais donc cette utilisation accrédite aussi l’idée d’utiliser ce vote là pour « mettre un coup de pied dans la fourmilière »  et pour ma part, j’en suis persuadé depuis très longtemps. L’excellent article de Chantal Mouffe paru dans Fakir explique parfaitement cette composante très présente dans le vote FN. Il va de soi qu’au delà du « le coup de pied donné », il n’y a pas d’adhésion aux idées du Front National. Bien sûr le rideau de fumée que les médias utilisent pour masquer nos positions, rendre nos messages inaudibles, répéter sans cesse que Mélenchon et Le Pen, c’est la même chose, ou que c’est très similaire détournent pas mal d’électeur vers ce qui est finalement la solution de facilité qu’on leur propose. Le vote de protestation, c’est le vote Le Pen. Elle a quand même bénéficié d’un temps de parole double de celui accordé à Jean(Luc Mélenchon.

Je pense également, et je ne vais pas me faire que des amis, mais je pense que dans notre camp aussi, brandir la menace FN ou plutôt son exutoire « Tout sauf le FN » est aussi parfois un argument de confort permettant d’éviter de trop s’interroger sur des manques d’efficacité de nos actions ou des manques de clarté de certaines de nos positions.

L’appel à des candidatures unitaires en Haute Vienne.

Je rapellerai simplement que je ne suis qu’un insoumis de base, investi d’aucune autorité ni représentativité quelconque, je ne parle qu’en mon nom de citoyen ayant décidé d’adhérer au mouvement de la France Insoumise, à son programme l’AVENIR EN COMMUN pour l’éléection présidentielle et les élections législatives.

J’ai participé à la réunion mardi 9 mai au soir salle J.P. Timbaud à Limoges. J’ai pris un peu la parole, mais je n’avais pas eu le temps de préparer mon intervention et de toute façon le temps était compté, et ce type de réunion a très fortement tendance à se transformer en une juxtaposition de messages. J’y préfère très nettement les échanges écrits permettant de prendre le temps de réfléchir, d’écrire, de relire, de corriger et de compléter l’exposé d’un point de vue. Je sais, on me l’a déjà dit, que l’inconvénient des écrits, c’est qu’ils restent, et bien moi, ça me paraît une bonne chose.

Lire la suite

Guerre des nerfs ou nerf de la guerre ?

La présidentielle étant passée, avec les regrets de l’attitude de B. Hamon qui a empêché la France insoumise d’être au deuxième tour. Certains parlent de sincérité, je crois plus à une option tactique volontaire pour « faire barrage ». J’ai du mal à envisager B. Hamon comme « benet de service » sincère et qui se serait « fait avoir » par la duplicité d’un françois Hollande. Je le crois simplement complice, consentant et totalement complice ! Mais peu importe, voici que se profile la menace de candidatures PCF et autres (?).

Eux que nous n’avons absolument pas vu sur le terrain lors de la présidentielle, ni sur les communes du canton de Laurière, où je n’ai peut être pas su faire la publicité qu’il aurait fallu pour l’organisation de nos réunons publiques, mais ni non plus sur ambazac, où nous avons fait des affichages et des tractages. Pas plus que Mr Chassaigne, que j’ai vu se vanter sur une vidéo d’avoir « soutenu » Jean-Luc Mélenchon dans la campagne présidentielle, et qui se plaignait de n’être pas « payé en retour’ alors que je n’ai vu aucun soutien ni aucune intervention de Chassaigne, ni même de Pierre Laurent, à part du bout des dents, pas plus que je n’ai vu l’intervention de communistes, à part les comunistes « insoumis » pour mener la campagne des présidentielles avec nous. Sans oublier les campagnes passées, celles des régionales et celle des municipales où les positions du PC ont été à géométrie variable, et en disant celà, j’utilise un euphémisme !

Des communiste ont rejoint la France Insoumise, certains depuis bien lontemps déjà, comme Christian Audoin qui fait partie de l’équipe rapprochée de Jean-Luc Mélenchon, ou comme celles et ceux qui avainet initié la démarche « Terre de Gauche ». Démarche où la région a été en pointe sur le plan du regroupement des différentes forces de gauche, mais où des dissensions existaient néanmoins, comme par exemple lorsque la participation à la candidature « Terre de Gauche » à la mairie de Limoges n’a été le fait que d’une fraction du PC qui s’est trouvée être majoritaire sur la section de Limoges contre l’avis de certains des cadres de la fédération.
Une partie des jeunes communistes de Limoges a rejoint la FI, le candidat Pierre Pialat est de ceux là, mais sur le plan nationale, il n’a échappé à personne que les instances nationales du PC ont refusé de soutenir Jean-Luc Mélenchon à la Présidentielle alors que le vote des militants a choisi le soutiens. Que quelques semaines plus tard, les maires et élus communistes qui avaient déjà rejoint la France Insoumise ou pas ont accordé leur parrainage au candidat Mélenchon, tandis que d’autres ne lui ont pas accordé le leur, malgré la décision des militants, et auraient même tenté d’exercer « des pressions ».
La raison de « la charte » soit disant d’allégeance que Mélenchon exigerait des candidats n’est pas acceptable et n’est à mon avis qu’un prétexte. En effet cette « charte » ne comprends que deux points : signer la charte « anticor » – charte anticorruption rédigée par les membres d’une association qui lutte contre la corruption en politique, charte que le maire de Limoges lui-même a signé. Le deuxième point étant de s’engager à se présenter sous l’étiquette « France Insoumise » puisque lors des élections précédentes, le fait que les candidats se soit fait inscrire sous des appellations différentes (en raisons des alliances variables) a été mis à profit par le gouvernement de l’époque pour ne pas comptabiliser les voix globalement.

La question sous-jaçante est donc d’une part la question financière, les financements publics dépendant à la fois du nombre de voix recueillis pour lesd partis dont plus de 50 des candidats ont reçu un nombre de voix de plus de 1% des suffrages exprimés,  modulés par l’application de la parité dans les candidatures, ainsi que du nombre d’élus (sénateurs et députés) déclarant s’y rattacher, d’ou l’importance cruciale, pour eux, à présenter des candidats. Mais il y en a une deuxième qui est également pour Jean-Luc Mélenchon et la France Insoumise d’exiger de ses candidats un engagement ferme et global en excluant les « petits arrangements locaux ou de circonstance ».

N’étant pas au courant, en tant qu’insoumis de base n’appartenant pas à l’entre soi des structures, je ne suis bien sûr pas au courant des tractations qui se déroulaient sur la « plate-forme » ou « espace » des organisations, sujet dont nous étions écartés, mais il est clair que ces questions sont au centre des débats. les candidats de « partis » venant à titre individuel rejoindre la France insoumise, puisqu’il n’est pas exigé de renoncer à son appartenance à un parti politique, mais la question des financements publique n’a pas pu être passée sous silence.

Je n’ai rien trouvé sur le sujet du financement des partis politiques dans le programme. Il est clair que ce point a bien dû être évoqué lorsque la décision a été prise de présenter des candidats dans les 577 circonscription, on voit d’ailleurs que toutes les circonscription n’ont pas été pourvu, ont-elles été gardées « disponibles » pour les organisations qui viendraient soutenir ou participer ? En tous cas, l’absence de forums de discussions de ces différents points a tenu les insoumis « de base » à l’écart de ces préoccupations et des éventuelles décisions ! Il n’y est pas non plus fait mention dans la partie traitant des propositions prévues pour soumettre à l’assemblée constituante.

On peut considérer que ce point sera nécessairement traité par l’assemblée constituante dans la refondation globale de la vie politique et de son financement, mais nous sommes encore dans la cinquième République, l’information est-elle réservée à certains ?

Les candidatures concurrente évoquées servent-elles à déclencher une pression sur le mouvement ?

Sur ce sujet aussi, efforçons nous de réflêchir sans nous laisser dominer ni par la peur ni par la colère.

 

 

 

 

 

 

Après le 2eme tour, déclaration de JLM

Fidèle à mes habitudes, j’ai transcrit la déclaration de Jean-Luc Mélenchon après le deuxième tour de l’élection Présidentielle, voici le texte. transcrit et relu par mes soins (plus de relecture par les embres de l’ancien groupe, … , mais jai relu le mieux possible).

je mets deux liens vers des vidéos, déclaration de Jean-Luc Mélenchon . je me suis aussi servi de celle retransmise par France Inter car il y a une perte de son de 2’24″ » à 2’28″ » voici me texte. Lire la suite

Outil pour organiser la surveillance de chaque bureau de vote.

Le risque.

Pour l’oligarchie, les enjeux sont considérables, ils risquent de perdre tout ce qu’ils ont mis des années à construire en matière de dominance, de destruction de la démocratie, et donc d’augmentation de leur pouvoir et de leur prédation sur le monde.

Il serait naïf de penser que leur probité intellectuelle nous protège d’éventuelles tentatives de fraudes électorales pour tenter d’échapper à la catastrophe que représenterait pour eux l’arrivée de Jean-Luc Mélenchon au 2ème tour, voir même la possibilité éventuelle d’une victoire au premier tour.

Il faut absolument être vigilant et tout faire pour empêcher d’agir ceux qui seraient tentés de tricher pour fausser le résultat de ces élections.

J’évoque dans ce suit les deux façon d’empêcher la fraude, et je propose la réalisation d’un outil pour le faire.

Lire la suite

Ne nous laissons pas voler la victoire

adhésif jlm

Il faut que chacun participe pour surveiller le scrutin ! Soyons persuadés que certains d’entre eux ne reculeront devant rien pour empêcher notre éventuelle victoire.

Le film de Gérard Miller a évoqué des pratiques douteuses, par exemple lorsque Ségolène Royale n’a pas remporté la majorité au congrès du P.S.  Mais la récente primaire du même P.S. laisse planer un doute certain sur la sincérité des opérations et du résultat annoncé. D’autres ont, par le passé, à coup d’électeurs fictifs, de fausses factures, ou simplement en ne tenant aucun compte du résultat d’un scrutin comme le référendum de 2005, ou dans d’autres « affaires » montré le peu de cas qu’ils faisaient du respect de la loi et de la démocratie.

Lire la suite

18 mars, organisation, peut mieux faire !

Venir de province jusqu’à Paris, pour la marche pour la 6ème République, ce n’est pas donné à tout le monde, entre autre parce que ce n’est pas donné : Limoges : 44€ par personne, ce n’est pas rien, et pour beaucoup, c’est hors de prix ! Et ne dites pas qu’on organise la solidarité, à la façon des « cartes de pauvre »

Et il n’y avait pas que ça comme problèmes.

L’organisation des cortèges et du défilé.

Pourquoi ne pas signaler les points de rendez-vous autour de la Bastilles (numéro, thème), pour que l’on se retrouve et mettre à disposition un tableau des départements qui permette de savoir ceux qui sont arrivés (surtout les cars, pour se retrouver entre cars et covoiturage)  ou pour retrouver des amis venus d’ailleurs.

Le fait de répartir les provenances pour chaque point de rendez-vous, avec une ou des régions + un département francilien est une excellente chose. Il faut juste pousser les choses un peu plus loin. demander quelques volontaires (1 ou 2) à chaque département francilien, pour être « référents » du point de rendez-vous (ils s’engagent à être présent plus tôt, vers midi par exemple)  et demander à ce qu’il y ait un référent par provenance de province. Communiquer à l’inscription le n° de portable du référent du point de rendez-vous ils communiqueront par sms et demander à ceux qui se chargent d’organiser un départ de car de prendre contact avec leur référent du rendez-vous, ça permettra de faite le point, de se retrouver, et aux retardataires de localiser leur cortège et peut être de les retrouver. Les covoiturage peuvent aussi se grouper en convoi et donner un référent.

Chaque groupe pourrait aussi tenir un compte (par département) des participants à jour – exemple : on arrive de tel département, si on est les premiers, on met le nom du département et notre nombre sur le tableau, si on n’est pas les premiers, le nom du département y est déjà, et  il y a le nombre de ceux qui sont déjà arrivés, on ajoute le nombre  de ceux de son groupe, et on a le détail par provenances. Les groupes se placent dans l’ordre où ils ont été inscrits sur le tableau – en fait par ordre d’arrivée.

Ne fait pas faire démarrer les cortèges avant l’heure, ici aussi avec des sms entre référents; le 18 mars cela a foutu en l’air toute possibilité de s’y retrouver.

Plus gênant : ça aurait été bien de penser aux handicapés !

On a fait des progrès pour les sourds et malentendants – Quoique. Je ne sais pas si il a fallut que je transcrive les vœux de Jean-Luc et que je lui adresse le texte en lui rappelant que ma fille sourde ne lisait toujours pas la langue des signes et qu’elle était loin d’être la seule. Toujours est-il qu’il n’y avait plus de traduction simultanée en LSF ni de sous-titre, ni malheureusement de publication postérieure du texte des discours (au passage : quel dommage), je n’en veux pas à celles et ceux qui ont fait planter l’initiative pour « prendre la place » et qui n’ont pas fait grand chose depuis, j’en veux plus aux « importants » qui étaient au courant, mais qui ont laissé faire parce qu’ils n’en avaient rien à faire, ou parce qu’ils avaient « mieux » à faire. Malheureusement, c’était hautement symbolique et particulièrement efficace et c’est très symptomatique des manques de participation qui subsistent au niveau de la base du mouvement, pourquoi n’y-a-t-il toujours pas de forum insoumis au niveau de jlm2017 ? Pourquoi n’y a-t-il toujours pas eut d’appel en direction de ceux qui ont quitté le parti ces dernières années – en particulier au moment des municipales

Revenons à l’organisation. Jean-Luc insiste souvent sur le fait que nos bénévoles sont en général de grands professionnels dans leur spécialité, ce qui est parfaitement vrai, par exemple pour la vidéo. Par contre, j’ai des doutes pour ce qui est de l’organisation (concrète) de cette marche suivie d’un meeting, et cela en frôlant une prise de risque pour des handicapé-e-s. Risque, inconfort et indifférence. Bref un vrai recul par rapport à l’effet obtenu par les sous-titre et la traduction simultanée en LSF.

Je m’explique : si le meeting qui clôt la marche doit se tenir sur une place, la scène doit être au fond de la place par rapport au sens d’arrivée du cortège. placer la ou les scènes au début ou au milieu va nécessairement créer une accumulation. Les premiers arrivés vont inévitablement s’accrocher aux meilleurs places et les suivants vont tout aussi inévitablement essayer de se glisser entre la scène (ou les écrans) et ceux arrivés avant eux. Et tant pis si il s’agit d’une personne handicapée sur un fauteuil qui ne verra plus rien, et pour ma femme sur son fauteuil, cela a été comme cela tout du long. Pas d’emplacement prévu pour accueillir et mettre ceux qui sont en fauteuil dans de bonnes conditions, de vision, de confort et de sécurité. C’était tout le contraire avec de nombreux obstacles, des trottoirs, sans un minimum permettant l’escalade par un fauteuil, des sortes de madriers infranchissables pour un fauteuil, etc …

Et ce qui aurait pu être plus GRAVE : des interventions impératives (sans s’être assurer auparavant que cela ne poserait pas de problème) du « service d’ordre » – les gens à brassards rouge – pour faire reculer vers le « fond de la place » ceux qui stagnaient (c’était pourtant tellement prévisible) dans les « entrées », et qui n’avaient pas envie de quitter ces « meilleures places » pour se retrouver loin, loin, mais à force d’insister, ils finiront par se mettre en marche et déferleront sur ma femme en fauteuil, chacun poussé par les suivants, et un certain nombre d’entre eux, pour ne pas dire un nombre certain, montreront clairement leur désagrément vis à vis de ces personnes en fauteuil, coincé-e-s au milieu du flot devenus des obstacles ! Il y a eut un vrai risque de mise en danger physique de personnes handicapée, mais pire encore, agression morale en raison de leur handicap, et moi j’ai lu de la panique dans le regard de mon épouse, alors que je n’ai pas pu me maintenir à ses côtés !

Propositions pour la suite.

J’ai une idée qui pourrait permettre de réaliser un truc grandiose sans avoir à faire remonter les foules jusqu’à Paris (dans ce cas il faudra: s’attendre à un effritement progressif comme cela a été le cas en 2011 – 2012. Je n’ai aucune idée du coût éventuel. Cela pourrait peut être même faire le buzz. Je pense que cela doit être techniquement possible d’installer des dispositifs de prise de vue pour hologramme sur des scènes de province. De faire passer une partie des spectateurs sous ce portique lorsqu’ils entrent dans la salle et de filmer (pour l’hologramme) leur passage. Cela pourrait se faire en direct, ou en différé, dans différentes villes. Le temps nécessaire pour filmer ces passages et pour que les spectateurs s’installent pourrait être « animé » par des artistes se produisant dans les différentes villes. Sur la grande scène où se tiendrait Jean-Luc pour ce meeting seraient installés plusieurs dispositifs de projection qui feraient apparaître les hologrammes des spectateurs venant aux meeting de Marseille, Lille, Toulouse, etc …. La projection s’effectuerait en différé (les spectateurs étant filmés quand ils arrivent et leurs hologrammes étant projetés pendant l’intervention de Jean-Luc).

Je trouve que cela constituerait un complément logique et hautement symbolique, après avoir dédoublé Jean-Luc de dédoubler les insoumis.

Dernière remarque, au passage, moi qui ait créé un tout petit groupe d’appui (nous sommes 2 réellement actifs) je n’ai hélas pas les moyens de financer les affiches, les tracts, avec 30 € de matériel gratuit tous les 15 jours, mais à chaque fois, pas loin de 30€ de port. Qui plus est, un territoire énorme à couvrir !  Je pense que maintenant les banques vont débloquer un prêt pour financer notre campagne, pour ma part, je n’ai plus les moyens.