Vous avez voté pour Benoît Hamon

Lors de l’élection présidentielle, vous avez Benoît Hamon, vous avez donc voté pour :

Le revenu universel : Améliorer la vie des plus pauvres et des plus fragiles avec une revalorisation du RSA, un revenu d’existence pour les plus pauvres, une conférence citoyenne pour fixer le périmètre du revenu universel, etc …

Réviser la constitution : par une « conférence constituante », instaurer le 49-3 citoyen, prendee en compte le vote blanc, interdire l’embauche d’un proche comme attaché parlementaire, etc …

Faire la transition écologique : Sortir progressivement et intégralement  du nucléaire d’ici 25 ans, produire 50 % de l’énergies en énergie renouvelables d’ici à 2025, sortir du diesel à l’horizon 2025, Interdire les perturbateurs dreendocriniens et les pesticides soupçonnés dangereux, suspendre les travaux de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et du projet d’enfouissement de déchets radioactifs à Bure, etc …

à propos de l’Europe : suspendre immédiate l’application du CETA,  réviser la directive sur les travailleurs détachés, l’instaurer un salaire minimum européen, instaurer le budget de l’assemblée et la taxe sur les transactions financières, la mutualisation des dettes européennes, etc …

Le social : l’abrogation de la loi travail, l’égalité de salaire homme-femme, revalorisation du smic et du point d’indice de la fonction publique, réduction du temps de travail, statut unique de l’actif, droit à la déconnexion, encadrement des rémunérations des dirigeants, la moitié des sièges des conseils d’administration aux représentants des salariés, etc …

Budget et fiscalité : Réforme de l’impôt sur le patrimoine pour prendre en compte les dettes, taxe sur la richesse crée par les robots, conditionner le CICE à la création de poste, à la réduction du temps de travail ou aux progrès écologiques, taxe sur les bénéfices détournés par les multinationales, taxe sur les super-profits des banques, TVA réduite pour les produits à faible empreinte carbone, etc …

Cambadélis a annoncé que ce ne serait pas le programme des candidats du P.S. !

Macron ne fera rien de tout cela

Voter P.S.

c’est jouer Macron à pile ou face !

Pour faire avancer vos idées :

Votez FRANCE INSOUMISE

Et bien Marine, on a craqué ?

J’avoue que je m’interrogeais sur la meilleur façon de sortir du piège « Le Pen au 2ème tour » qui allait encore une fois fonctionner, au passage, si les voix, … Mais Jean-Luc à raison, ne nous en prenons qu’à nous même, ne rejetons pas la faute sur d’autres.

Et puis, voilà-t-y pas que c’est Marine elle-même qui se tire une balle dans le pied ! Que dis-je une balle, une rafale ! D’après de nombreux commentateurs, elle se serait-elle même sabordée., mais ils pensent généralement que c’est une erreur, une bévue, un accident, la « peur de gagner » que les sportifs doivent être capables de surmonter pour accéder à la victoire, enfin, que ce n’est pas de sa faute, elle a craqué, et … Et si c’était une toute autre raison ? Si Marine s’était volontairement sabordée ?

Quel est le but réel de Marine Le Pen ? Marine Le Pen, quand elle a pris la succession « politique » de son père a en même temps pris les rennes de l’entreprise familiale, qu’elle a d’ailleurs semble-t-il fait remarquablement prospérer, une petite exploitation aurifère, un bizzness qui exploite une mine d’or : le financement de la vie politique. Le système est extrêmement efficace, et le rendement financier est excellent. Ça fonctionne un peu comme une franchise. La maison mère, « le franchiseur » fournit tous le matériel nécessaire : les tracts, les affiches, la communication, les clips vidéos, le mode d’emploi, ce qu’il faut dire, ne pas dire, etc, etc … tout ceci pour un prix sur-évalué, à la frontière de l’indécence. Chaque acquéreur, chaque client, je veux dire chaque candidat qui veut porter les couleurs du FN doit faire l’acquisition du « kit de campagne » proposé par Marine, au pris et conditions fixés par Marine.

Soit le candidat obtient assez de voix pour que ses dépenses de campagne soit remboursées par l’état, l’achat du « kit » est donc compris dans les dépenses remboursées et ce sont finalement les contribuables qui offrent au candidat ce kit très cher contenant l’ensemble de son matériel de campagne. Bien sûr, le candidat malheureux n’atteignant pas le nombre de voix lui ouvrant le remboursement de l’état verra sa dette auprès de la PME de Marine annulée par la générosité de cette dernière, il ne sera pas tenus de rembourser le prêt ayant financé l’acquisition de son merveilleux kit de campagne.

Il va de soi que l’exploitation de ce filon aurifère est bien moins risqué et probablement plus profitable que l’accès au pouvoir lui-même, situation qui entraînerait immanquablement une levée de boucliers, une mobilisation générale, ferait éclater au grand jour l’incapacité du FN à gérer gouverner ou même à simplement gérer, comme cela s’est produit à chaque fois qu’une liste FN a gagné une municipalité.

Je pense que le risque d’arrivée au pouvoir du FN est moins grand que nous ne le pensons généralement. Tout d’abord, l’utilisation du FN comme repoussoir mobilisateur, et cela fait très longtemps puisque cela date de Jean-Marie Le Pen, lequel voulait peut-être plus arriver au pouvoir que sa fille; mais donc cette utilisation accrédite aussi l’idée d’utiliser ce vote là pour « mettre un coup de pied dans la fourmilière »  et pour ma part, j’en suis persuadé depuis très longtemps. L’excellent article de Chantal Mouffe paru dans Fakir explique parfaitement cette composante très présente dans le vote FN. Il va de soi qu’au delà du « le coup de pied donné », il n’y a pas d’adhésion aux idées du Front National. Bien sûr le rideau de fumée que les médias utilisent pour masquer nos positions, rendre nos messages inaudibles, répéter sans cesse que Mélenchon et Le Pen, c’est la même chose, ou que c’est très similaire détournent pas mal d’électeur vers ce qui est finalement la solution de facilité qu’on leur propose. Le vote de protestation, c’est le vote Le Pen. Elle a quand même bénéficié d’un temps de parole double de celui accordé à Jean(Luc Mélenchon.

Je pense également, et je ne vais pas me faire que des amis, mais je pense que dans notre camp aussi, brandir la menace FN ou plutôt son exutoire « Tout sauf le FN » est aussi parfois un argument de confort permettant d’éviter de trop s’interroger sur des manques d’efficacité de nos actions ou des manques de clarté de certaines de nos positions.

L’appel à des candidatures unitaires en Haute Vienne.

Je rapellerai simplement que je ne suis qu’un insoumis de base, investi d’aucune autorité ni représentativité quelconque, je ne parle qu’en mon nom de citoyen ayant décidé d’adhérer au mouvement de la France Insoumise, à son programme l’AVENIR EN COMMUN pour l’éléection présidentielle et les élections législatives.

J’ai participé à la réunion mardi 9 mai au soir salle J.P. Timbaud à Limoges. J’ai pris un peu la parole, mais je n’avais pas eu le temps de préparer mon intervention et de toute façon le temps était compté, et ce type de réunion a très fortement tendance à se transformer en une juxtaposition de messages. J’y préfère très nettement les échanges écrits permettant de prendre le temps de réfléchir, d’écrire, de relire, de corriger et de compléter l’exposé d’un point de vue. Je sais, on me l’a déjà dit, que l’inconvénient des écrits, c’est qu’ils restent, et bien moi, ça me paraît une bonne chose.

Lire la suite

Guerre des nerfs ou nerf de la guerre ?

La présidentielle étant passée, avec les regrets de l’attitude de B. Hamon qui a empêché la France insoumise d’être au deuxième tour. Certains parlent de sincérité, je crois plus à une option tactique volontaire pour « faire barrage ». J’ai du mal à envisager B. Hamon comme « benet de service » sincère et qui se serait « fait avoir » par la duplicité d’un françois Hollande. Je le crois simplement complice, consentant et totalement complice ! Mais peu importe, voici que se profile la menace de candidatures PCF et autres (?).

Eux que nous n’avons absolument pas vu sur le terrain lors de la présidentielle, ni sur les communes du canton de Laurière, où je n’ai peut être pas su faire la publicité qu’il aurait fallu pour l’organisation de nos réunons publiques, mais ni non plus sur ambazac, où nous avons fait des affichages et des tractages. Pas plus que Mr Chassaigne, que j’ai vu se vanter sur une vidéo d’avoir « soutenu » Jean-Luc Mélenchon dans la campagne présidentielle, et qui se plaignait de n’être pas « payé en retour’ alors que je n’ai vu aucun soutien ni aucune intervention de Chassaigne, ni même de Pierre Laurent, à part du bout des dents, pas plus que je n’ai vu l’intervention de communistes, à part les comunistes « insoumis » pour mener la campagne des présidentielles avec nous. Sans oublier les campagnes passées, celles des régionales et celle des municipales où les positions du PC ont été à géométrie variable, et en disant celà, j’utilise un euphémisme !

Des communiste ont rejoint la France Insoumise, certains depuis bien lontemps déjà, comme Christian Audoin qui fait partie de l’équipe rapprochée de Jean-Luc Mélenchon, ou comme celles et ceux qui avainet initié la démarche « Terre de Gauche ». Démarche où la région a été en pointe sur le plan du regroupement des différentes forces de gauche, mais où des dissensions existaient néanmoins, comme par exemple lorsque la participation à la candidature « Terre de Gauche » à la mairie de Limoges n’a été le fait que d’une fraction du PC qui s’est trouvée être majoritaire sur la section de Limoges contre l’avis de certains des cadres de la fédération.
Une partie des jeunes communistes de Limoges a rejoint la FI, le candidat Pierre Pialat est de ceux là, mais sur le plan nationale, il n’a échappé à personne que les instances nationales du PC ont refusé de soutenir Jean-Luc Mélenchon à la Présidentielle alors que le vote des militants a choisi le soutiens. Que quelques semaines plus tard, les maires et élus communistes qui avaient déjà rejoint la France Insoumise ou pas ont accordé leur parrainage au candidat Mélenchon, tandis que d’autres ne lui ont pas accordé le leur, malgré la décision des militants, et auraient même tenté d’exercer « des pressions ».
La raison de « la charte » soit disant d’allégeance que Mélenchon exigerait des candidats n’est pas acceptable et n’est à mon avis qu’un prétexte. En effet cette « charte » ne comprends que deux points : signer la charte « anticor » – charte anticorruption rédigée par les membres d’une association qui lutte contre la corruption en politique, charte que le maire de Limoges lui-même a signé. Le deuxième point étant de s’engager à se présenter sous l’étiquette « France Insoumise » puisque lors des élections précédentes, le fait que les candidats se soit fait inscrire sous des appellations différentes (en raisons des alliances variables) a été mis à profit par le gouvernement de l’époque pour ne pas comptabiliser les voix globalement.

La question sous-jaçante est donc d’une part la question financière, les financements publics dépendant à la fois du nombre de voix recueillis pour lesd partis dont plus de 50 des candidats ont reçu un nombre de voix de plus de 1% des suffrages exprimés,  modulés par l’application de la parité dans les candidatures, ainsi que du nombre d’élus (sénateurs et députés) déclarant s’y rattacher, d’ou l’importance cruciale, pour eux, à présenter des candidats. Mais il y en a une deuxième qui est également pour Jean-Luc Mélenchon et la France Insoumise d’exiger de ses candidats un engagement ferme et global en excluant les « petits arrangements locaux ou de circonstance ».

N’étant pas au courant, en tant qu’insoumis de base n’appartenant pas à l’entre soi des structures, je ne suis bien sûr pas au courant des tractations qui se déroulaient sur la « plate-forme » ou « espace » des organisations, sujet dont nous étions écartés, mais il est clair que ces questions sont au centre des débats. les candidats de « partis » venant à titre individuel rejoindre la France insoumise, puisqu’il n’est pas exigé de renoncer à son appartenance à un parti politique, mais la question des financements publique n’a pas pu être passée sous silence.

Je n’ai rien trouvé sur le sujet du financement des partis politiques dans le programme. Il est clair que ce point a bien dû être évoqué lorsque la décision a été prise de présenter des candidats dans les 577 circonscription, on voit d’ailleurs que toutes les circonscription n’ont pas été pourvu, ont-elles été gardées « disponibles » pour les organisations qui viendraient soutenir ou participer ? En tous cas, l’absence de forums de discussions de ces différents points a tenu les insoumis « de base » à l’écart de ces préoccupations et des éventuelles décisions ! Il n’y est pas non plus fait mention dans la partie traitant des propositions prévues pour soumettre à l’assemblée constituante.

On peut considérer que ce point sera nécessairement traité par l’assemblée constituante dans la refondation globale de la vie politique et de son financement, mais nous sommes encore dans la cinquième République, l’information est-elle réservée à certains ?

Les candidatures concurrente évoquées servent-elles à déclencher une pression sur le mouvement ?

Sur ce sujet aussi, efforçons nous de réflêchir sans nous laisser dominer ni par la peur ni par la colère.

 

 

 

 

 

 

Après le 2eme tour, déclaration de JLM

Fidèle à mes habitudes, j’ai transcrit la déclaration de Jean-Luc Mélenchon après le deuxième tour de l’élection Présidentielle, voici le texte. transcrit et relu par mes soins (plus de relecture par les embres de l’ancien groupe, … , mais jai relu le mieux possible).

je mets deux liens vers des vidéos, déclaration de Jean-Luc Mélenchon . je me suis aussi servi de celle retransmise par France Inter car il y a une perte de son de 2’24″ » à 2’28″ » voici me texte. Lire la suite

L’ordre des mots – version courte

version courte écrite en avril 2017 à partir de la version longue,
écrite en novembre 2014,
puis retravaillée en février 2015, novembre 2015, août 2016, mars 2017.

Au fronton de nos édifices,
Nos grands anciens ont fait graver
Trois mots simples, sans artifice,
Et au monde, ils les ont légués.
Ces trois mots, vous les connaissez
En premier, il y a « Liberté »

Un mot très fort, mais trop souvent
Victime de détournements
Lorsque « Liberté d’entreprendre »
Signifie « pas de compte à rendre »
« Égalité » est le deuxième,
Pour lui, c’est du pareil au même !

Lorsque les nantis, les notables,
Repus au sortir de la table,
Voudraient payer le même écot
Que ceux au pain sec et à l’eau.
Le troisième n’est pas en faveur,
Pourtant, ce mot là vient du cœur.

Il parle de comportement,
De fratrie, et de sentiment,
Il n’est presque jamais cité,
Oui, le dernier, fraternité.
Suffirait-il de modifier
L’ordre des mots pour tout changer ?

Je vous propose d’essayer :
Regardez comme « Égalité »
Après « Fraternité » dévient
De chacun, selon ses moyens
à chacun selon ses besoins
C’est ça, la solidarité !

L’ordre des mots « Fraternité »
« Égalité » puis « Liberté »
Empêcherait qu’on envisage
De jouir seul d’un bien si précieux
Tant qu’il existe sous les cieux
Quelqu’un réduit en esclavage !

Aujourd’hui, c’est plus que la France
Qu’il nous appartient de sauver.
Les prédateurs de la finance
Ont mis la planète en danger !
Les mots gravés vont nous aider,
Mais n’oublions pas le dernier !

De nos ancêtres, soyons fiers,
Ils ont fait des Révolutions,
Poursuivons le travail d’hier,
Écrivons la constitution
Que leurs mots vont nous inspirer,
Et surtout, surtout, le dernier !

De Jaurès et de Robespierre,
Il faut reprendre les flambeaux
Le moyen de sauver la terre :
Réaliser leurs idéaux.
Et tout d’abord, pour commencer,
Mettre en premier, «Fraternité» !

retrouvez la version longue

Outil pour organiser la surveillance de chaque bureau de vote.

Le risque.

Pour l’oligarchie, les enjeux sont considérables, ils risquent de perdre tout ce qu’ils ont mis des années à construire en matière de dominance, de destruction de la démocratie, et donc d’augmentation de leur pouvoir et de leur prédation sur le monde.

Il serait naïf de penser que leur probité intellectuelle nous protège d’éventuelles tentatives de fraudes électorales pour tenter d’échapper à la catastrophe que représenterait pour eux l’arrivée de Jean-Luc Mélenchon au 2ème tour, voir même la possibilité éventuelle d’une victoire au premier tour.

Il faut absolument être vigilant et tout faire pour empêcher d’agir ceux qui seraient tentés de tricher pour fausser le résultat de ces élections.

J’évoque dans ce suit les deux façon d’empêcher la fraude, et je propose la réalisation d’un outil pour le faire.

Lire la suite

Ne nous laissons pas voler la victoire

adhésif jlm

Il faut que chacun participe pour surveiller le scrutin ! Soyons persuadés que certains d’entre eux ne reculeront devant rien pour empêcher notre éventuelle victoire.

Le film de Gérard Miller a évoqué des pratiques douteuses, par exemple lorsque Ségolène Royale n’a pas remporté la majorité au congrès du P.S.  Mais la récente primaire du même P.S. laisse planer un doute certain sur la sincérité des opérations et du résultat annoncé. D’autres ont, par le passé, à coup d’électeurs fictifs, de fausses factures, ou simplement en ne tenant aucun compte du résultat d’un scrutin comme le référendum de 2005, ou dans d’autres « affaires » montré le peu de cas qu’ils faisaient du respect de la loi et de la démocratie.

Lire la suite

Ballade de l’âge du fer.

Avez-vous contemplé, à Nantes ou à Bordeaux,
Ces dentelles de fer, qui se voudraient charmantes,
Signes de la fortunes extraite des bateaux.
Mais où le vent marin pousse un cri d’épouvante.
Ces fers, dont vous orniez vos façade pédantes
Avaient déjà servis, ils avaient enchaînés
Au fond de vos navires, des hordes apeurées.
Votre commerce était la honte de la France !
Eux, pertes ou profits, esclaves ou noyés,
Et vous avez osé parler de déchéance ?

Oui mais, à Champagney, ce n’était qu’un hameau,
Tout petit village d’une contré charmante,
Un petit coin blotti, entouré de coteaux,
Où l’on vit apparaître une idée surprenante.
Ce presque nulle part, cette idée bouleversante,
Des hommes seraient noirs ? cela est certifié ?
Et pour cette raison, privés d’humanité ?
« Car nous sommes semblables, » telle est la doléance,
Que ces humbles sujets mirent dans leur cahier !
Et vous avez osé parler de déchéance ?

Leur pêché était-il la couleur de leur peau ?
Leur langage inouï ? Leur musique obsédante ?
Ou bien leur nudité, malgré les oripeaux
Dont vous leur fabriquiez une tenue décente ?
Moi, c’est votre impudeur que je trouve indécente.
Jamais leur volonté n’accepta de plier
Quand arriva de France, enfin, la Liberté
Se ruèrent partout, porter la délivrance !
Ne prenant même pas le temps de savourer !
Et vous avez osé parler de déchéance ?

Faux Roi, nantis, puissants, vous n’allez rien laisser
Qu’à la grandeurs des humbles, on puisse comparer,
Ils ont fait la Nation, nous leur devons la France.
Ils n’avaient que la vie, mais n’ont pas hésité,
Quant à vous, dégagez, flétris pour déchéance !

mars 2017.