Archives pour la catégorie parcours politique

Le groupe de transcription 2011-2012

Je vais essayer de ne pas être trop long, et de ne pas trop dire « moi je » (je sais bien que certains vont le penser ou vont être sûr que je me vante, mais je vous promet que non)

cela risque de paraître un peu confus, mais cela tient au fait que j’ai commencé ce blog il n’y a pas très longtemps, d’abord pour y publier mes poèmes, et l’accélération de la campagne électorale m’a fait sentir la nécessité de l’utiliser aussi comme outils pour ce que je veux faire en politique, et là c’est devenu urgent, alors je fonce (comme d’habitude) et j’améliorerais au fur et à mesure.

Donc moi, nouveau militant du Parti de Gauche (mars 2011, si mes souvenir sont bons), je suis un commentateur assidu du blog de JLM, et je visionne tous les discours et conférences que j’ai raté dès lors que la vidéo est disponible. Je les fait regarder par mes filles, mais l’une d’elles est sourde et me dit qu’elle n’arrive pas à suivre – elle lit sur les lèvres, mais ce n’est pas possible si c’est filmé de loin, ou si la caméra filme la foule, etc … Alors je demande le texte sur le blog de JLM, pas de réponses, et j’insiste, j’insiste, jusqu’à qu’on me demande (je ne dirai pas qui)  d’où je sors puisque je ne sais même pas que JLM n’écrit pas ses discours, qu’il n’a qu’une sorte de plan général et quelques notes, et qu’il improvise avec ça !  Et bien non, je n’étais pas au courant ! en même temps, j’admire la performance (parce que j’en ai vu un paquet, des vidéos) je suis impressionné ! Un autre commentateur du blog, un membre de la Gauche Alternative me donne un lien vers un ordinateur du PC où on peut créer des groupes, et se propose si je transcrit le texte, de le transformer en sous-titre de la vidéo, et à l’époque c’était compliqué

Une fois le premier texte (Stalingrad) transcrit, j’avais envoyé le texte par mail à Jean-Luc via le « contact de son blog », et un immense plaisir, plus que ça, du bonheur quand j’ai vu le texte transcrit, mis dans sa présentation et sa mise en page à lui, sur son blog, avec un petit mot me remerciant à la fin ! et puis il avait demandé qu’on ajoute une page sur son blog ou il avait invité les volontaires à me rejoindre ou à lancer d’autres initiatives …

Lire la suite

Publicités

Pourquoi j’ai quitté le PG

J’ai relaté ce qui m’avait amené à adhérer au PG dans l’article Les débuts.

Je suis resté au PG 4 ans, mais j’ai fini par le quitter. je vais essayer d’en donner les motifs. Les critiques que je vais exprimer ici ne sont pas des critiques « ad hominem » mais des citiques sur des modes de fonctionnement. il se trouve que cela concerne un comité, le comité PG 87, mais je suis certain que ce n’est que le reflet de situations courantes dans de nombreux comités.

Je parlerai donc de quelques démélées que certains jugeront anecdotiques, pour moi elle sont plutôt symptomatiques, la note finale étant le séminaire tenu hors de la vue des militant de base à propos des candidatures aux municipales, d’où il était, parait-il ressorti la décision de faire des fusions « techniques » – erreur funeste allant contre les principes – et qui s’est traduite, à Limoges, par annoncer la fusion de la liste Terre de Gauche avec la liste PS après avoir mené campagne contre le cumul des mandats, alors même que la victoire de notre liste était possible ! Et en prime, le Pg  87 y a perdu une part importante de ses effectifs (dont moi). Lire la suite

Mon parcours politique (le début)

J’entre en prépa au Lycée St Louis, ancré à gauche par mon milieu, par la façon dont j’ai vécu ma scolarité, je rencontre des militants de Lutte Ouvrière, et je vais militer avec eux pendant trois ans. Décidément peu adapté à la filière des grandes écoles ( je pense que aujourd’hui que j’aurais mieux fait de passer par la fac), je suis par trop déboussolé par labsence de cohérence des programmes, les profs des grandes écoles inscrivent au programme d’entrée tous les sujets qu’ils ne veulent pas avoir à traiter dans leurs cours. Lire la suite

Mon parcours politique (le retour)

Mon retour vers la politique débute en 2005 avec le référendum, je sens le frémissement, à la fois la conviction quil faut refuser ce traiter que les puissants et les médias semblent vouloir imposer à tout prix et le sentiment que les discussions spontannées qui jaillissent un peu partout sont beaucoup plus lucides et engagées que ce que rapportent les sondages. Et oui, j’avais raison, c’est le non qui l’emporte. C’est pour moi un signe que tout espoir n’est peut être pas perdu. Lire la suite