Pour moi, c’est non !

Dans un long interview publié par le journal « La provence » que je n’ai pas encore lu, mais dont il tire quelques phrases clés qu’il cite sur son blog, Jean-Luc Mélenchon déclare que si Benoît Hamon avait su prendre la bonne décision, il serait Premier Ministre et Jean-Luc Président de la République. Si tel était le cas, j’aurai peut être quitté aussitôt le mouvement des insoumis.

Pour quelle raison Benoît Hamon aurait-il « mérité » d’être premier Ministre ? parce qu’il se serait rallié ? parce qu’il aurait négocié son ralliement ? parce que cela aurait été la récompense logique à son ralliement ?  Mais alors, nous serions en plein dans la tambouille électorale, la cuisine d’appareils, Et où seraient passés nos beaux principes intangibles ? à la trappe ? Pour moi c’est NON !

B.H. n’a cessé de critiquer notre programme (et aussi notre candidat), mais surtout il n’a semblé accordé aucun crédit à la méthode qui a permi de mener la somme considérable de réflexion, de recherche, de structuration, d’examen minutieux et collectifs qui nous ont permis d’élaborer ce monument de cohérence qu’est notre programme, même si je pense que certains points pourrait encore être améliorés, d’autres inclus alors qu’ils ne sont pas évoqués, mais de toute façon, dans la poursuite et l’élargissement de ce travail collectif que seul la partie actuellement la plus consciente du peuple qui se construit lui-même est en mesure de mener.

Choisir comme Premier Ministre quelqu’un qui a « fabriqué de bric et de broc » quelques mesurettes non clairement définies, en se mettant à quelques uns (et encore), sur un coin de table, uniquement pour prétendre qu’il a une vision et des propositions différentes des nôtres, c’est la négation pure et simple de tout ce qui a été fait et des raisons pour lesquelles il fallait le faire. Donc, pour le PRINCIPE, c’est non, et je rappelle : « Si l’on dépose ses princpes à l’entrée du Bureau de Vote, il ne faut pas s’étonner … etc… etc … »

D’autre part, il me semble qu’à propos des élections législatives,  Jean-Luc Mélenchon a rappelé que c’était le Premier Ministre qui conduisait la politique de la France, en particulier dans les périodes dites de « cohabitation ». Cela aurait donc revenu à confier les clés du camion à un conducteur dont on n’a aucun élément prouvant qu’il a les capacité de conduire un engin de cette taille, et qui de plus aurait signaler qu’il refusait de se rendre à la destination prévue, et qu’il choisirait sa destination tout seul, sans que cela ne cnous concerne.. Et bien pour moi, c’est encore et toujours NON.

Et je m’étonne que notre candidat insoumis ait pu en évoquer la possibilité.

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « Pour moi, c’est non ! »

    1. Quand même, nous n’avons rien abandonné, ni notre volonté d’y arriver, ni notre programme, ni la nécessité de convoquer l’assemblée constituante. Bien sûr il n’est pas nécessaire d’être d’accord avec chaque détail, mais il faut quand même un minimum de consensus. Là je n’y vois que tambouille électorale, et je ne mange pas de ce pain là. Et ce n’est peut être pas un mal qu’Hamon de l’ai pas fait si c’était à ce prix là.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s