Question (sonnet).

C’était le temps lointain où tu avais seize ans
Où ton verbe naissant, porteur de mélodie,
Se bornait à créer bluettes, parodies,
Sans travail, en effet, se gâchent les talents !

Pas assez assidu, ou bien trop négligent,
Jusqu’au point d’ignorer diérèse et prosodie,
Et croire composer toutes une symphonie
Parce que certain trait t’avait semblé brillant !

Jusqu’au jour où ta muse te posa la question,
Elle t’interrogea : « Qu’as-tu fait de ce don ? »
Et suivant ses conseils, en poète appliqué,

Cherchant à lui soumettre, à chaque occasion,
Chacune de tes strophes, longuement travaillées,
Espérant pour lauriers, son approbation.

Août 2008, novembre 2014, août 2016

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s