Georges

Depuis que tu nous a quittés,
Impossible de composer
Des mélodies blasphématoires
Ou des bluettes de comptoir.

Les grenouilles de bénitiers
Sont une espèce protégée,
Les jolies enfants de Marie
N’ont plus peur de sortir la nuit !

Si tes chansons rossaient les cognes,
Nous savons tous que, sans vergogne,
Leurs femmes tu venais trousser
Dès qu’ils avaient le dos tourné.

La chansonnette est débraillée.
Il est fini le temps ma foi,
Où tu disais merde à la Loi
Avec ton air si distingué.

Avril – août 2008.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s