Au fond de mon jardin.

Moi, tout au fond de mon jardin
Je cultive l’inspiration
J’ai des carrés d’alexandrins,
Bouquets de rimes en boutons

Il y a des parties en friche
Parfois j’y viens pour des ballades
Ou arroser les hémistiches,
Désherber les octosyllabes.

Souvent, je viens juste m’asseoir,
Ou parfois même m’allonger,
En m’appuyant sur l’arrosoir,
Laissant mon esprit divaguer.

Chaque fois que j’y trouve un vers
Je compte et recompte ses pieds,
Car croyez-moi, c’est nécessaire
Pour qu’une strophe soit rythmée.

Il y a un petit revers,
C’est que ça me force à parler,
Et qu’il faut que je boive un verre
De temps en temps, pour m’hydrater

Parfois, j’apporte de la bière
Parfois, c’est un petit rosé,
Oh, pas de quoi rouler par terre
Juste pour se désaltérer.

Un jour, par un matin d’hiver,
Ou alors par un soir d’été,
Je m’étais endormi par terre,
Ou plutôt juste ensommeillé,

À ce moment là, un pivert
S’approchait pour m’examiner,
Il avait son bel habit vert,
Genre d’Ormesson, mais sans épée.

« Je suis venu pour prendre un vers »
Dit-il, de son air goguenard
Et avec un sourire pervers,
Là, ça sentait le traquenard,

« Si tu veux, on peut partager ».
J’ai dit « Ce n’est pas nécessaire»,
Je n’allais pas me laisser faire,
Lombric, c’est pas une AOC !

Mai, juin 2015

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s