Sonnet à l’hiver.

Hier encor l’air était clément,
Les feuilles jonchaient les allées,
Mais la douceur s’en est allée,
La bise apporte ses tourments.

Voyez, même le firmament,
D’habitude tout étoilé,
Semble ce soir dur et glacé,
Ce n’est plus la voûte des champs.

Que c’est-il passé, cette nuit ?
Le vent s’est levé, et sans bruit,
A chassé devant lui l’automne.

Moi qui goûtais cette saison.
Je ressens comme un long frisson,
Voici le glas de l’an qui sonne.

Novembre 1965

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s