Soir breton.

Lorsque le soir descend, que le ciel se colore,
Le monde des vivants s’apaise et s’évapore.
Tout n’est plus que parfum, ou bruits et doux murmures,
Quand les humains se taisent entre leurs quatre murs..

Quand le soleil descend, le ciel semble monter
A moi-même, il me vient l’impression de voler,
J’entends chanter les flots qui coulent tout en bas,
Ou le bruit d’un oiseau ou bien celui d’un chat.

L’air est si transparent que tout est prolongé,
Le moindre bruit s’en va et semble accompagné
Du doux chant de la nymphe ou de l’amour du dieu,
Ou bien du Korrigan qui façonna ce lieu.

Le soleil, à présent, aussi a disparu,
Sans l’ocre des nuages, on ne le verrait plus,
Et plus le regard monte et plus le ciel est feu,
Tandis qu’à l’orient, il est resté tout bleu.

Septembre 1965, août 2008, septemnre 2014

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s