Dans le bruit des bombes.

Un petit paysan priait
Parmi les bombes qui tombaient.
Il ne savait pas lire, ni écrire,
Il aurait bien aimé écouter une lyre.
Mais les déflagrations
Détruisaient sa maison.
Il est né là,
Il vivait là,
Et il n’y a plus rien, là !
Il ne comprenait pas
Le Colonialisme,
Le capitalisme,
La révolution,
Ou la rébellion,
Et tous ces grands mots placés là,
Pour que sa souffrance ne s’entende pas !

« Nous luttons
Pour la libération ! »
Criait-on d’en bas en le fusillant !
« Nous luttons
Contre la rébellion ! »
Criait-on d’en haut en le bombardant !
Il s’était libéré ?
Il s’était rebellé ?
Lui qui n’a jamais fait que cultiver,
Pour manger !
Ses yeux tristes, en pleurs,
Faisaient voir à son cœur
La désolation.
Ce petit paysan d’ici, d’ailleurs, de nulle part, priait
Parmi les bombes qui tombaient.
Non, il n’invoquait pas la paix,
Il ne savait pas ce que c’est.
Des éclats vinrent le frapper, puis d’autres et d’autres encor,
Et il sentit venir la mort,
Comme on sent venir au printemps,
Le vent.

Décembre 1965

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s