Ton front si doux

Déjà la nuit à pas de loup
Sous les coups de l’ardent soleil
Se retire au loin dans le ciel,
Et je pense à ton front si doux.

Déjà a chanté le coucou,
La nature embrumée s’éveille,
La lumière fait des merveilles,
Et je pense à ton front si doux.

Le soleil teinte les blés roux,
Les prés verts, l’horizon vermeil,
La perdrix chante à son réveil,
Et je pense à ton front si doux.

La cascade a son doux frou-frou
De l’eau qui saute et rebondit,
L’écume blanche me sourit,
Et je pense à ton front si doux.

L’herbage moelleux et si doux
Berce sans fin ma rêverie,
Le soleil met partout la vie,
Et je pense à ton front si doux.
décembre 1964,
je rêve    …    d’une fille    …    qui m’aimerai,     …    bien sûr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s