Le parfum du printemps (Sonnet)

Les froides nuits d’hiver se dissipent enfin,
La glace ayant cédé sous l’ardente lumière,
Après avoir tiré le nouveau cru de bière,
L’homme dit en riant « C’est le printemps qui vient » !

La douce odeur des fleurs et celle du chemin,
la fraîcheur du ruisseau et le houblon amer,
Venant se retrouver au fond de son grand verre,
Se mêlent et s’harmonisent en un charmant parfum.

Ce parfum de la vie qui revient au soleil,
C’est le parfum des prés et des bourgeons vermeils,
C’est le parfum de l’onde, le parfum des étangs.

Le parfum qui enivre et fait perdre la tête,
Qui donne à ce qu’on boit un petit air de fête,
C’est un parfum troublant, le parfum du printemps.

Février 1965

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s